La technologie avancée contribue à aider plusieurs secteurs mais également à nous fragiliser.

robot médical

C’est sur un article concernant une révolution dans le domaine médical que notre blog publie aujourd’hui.

La technologie a permis à tous les écrans connectés de recevoir des données incroyables quant à notre santé et à notre vie quotidienne générale. En effet, maintenant nous pouvons déterminer chez soi ce que l’on a en lisant des publications sur ce que l’on pense avoir. Donc pourquoi aller consulter pour notre santé vu que l’on trouve tout sur Internet ? Comme sur des sites dédiés à des forums médicaux qui vous examinent via  des questions allant du plus général au plus particulier, mais surtout au plus général … Merci.

Ou encore il peut jouer le rôle de pharmacien en vous rappelant de prendre vos médicaments à telle heure de la journée et même à quel jour. Pratique.

Mais la technologie n’a pas accompli que cela. Un véritable problème cette fois-ci a vu le jour et contribue à changer de façon radicale nos vies.

En effet la technologie (comme les scanner, IRM, Radiographie) aide à détecter les anomalies de notre corps, de notre santé et nous aide à les analyser de façon systématique et irréfutable. Travail fortement apprécié.

Cependant, une autre forme de technologie contribue quant à elle au développement des dysfonctionnements auxquels nous allons devoir faire face.

En effet, commençons par le plus populaires des items technologiques : le téléphone, appelé aujourd’hui un Smartphone tellement ses possibilités d’utilisation sont devenues nombreuses et variées. Grâce à cela, nous sommes tout le temps sur l’écran de notre « nouvel ami » à regarder ses mails, à consulter ses comptes, à lire ses messages, à jouer à Candy Crush pour faire passer le temps dans les transports. Mais cela a un prix pour notre santé qui est tout simplement un symptôme appelé « coudinite » qui est une contraction musculaire plutôt peu agréable qui prend de la nuque aux épaules. Dû à quoi ? À la RÉPÉTITION d’un geste anodin : pencher plus de 200 fois sa tête pour lire son écran de téléphone, s’approcher de son ordinateur pour  mieux voir …

Mais attention par contre, un point positif : fini la tristesse grâce aux Smartphones !!

Un casque placé sur votre front et directement relié à votre ami est capable de modifier votre humeur en un fragment de seconde. Vous recevrez donc de petites ondes qui stimuleront votre coté joyeux et vous redonnera le moral. Comment cela fonctionne ? Le casque connecté va stimuler le système nerveux de l’utilisateur via la transmission d’ondes électroniques. Merci la technologie de nous rendre heureux ! (http://www.marianne.net/maladies-du-futur-docteur-j-ai-mal-mon-oeil-bionique-100241695.html)

À mon sens, la technologie est fondamentale voire vitale dans nos vies et nous permet de détecter des choses que les humains seuls ne peuvent constater. De plus, la technologie et la haute-technologie permettent également de nous défendre contre toute chose. Mais il faut nuancer ces incontestables bénéfices par le revers de la médaille. On devient dépendant de nos objets technologiques et on attend les dernières innovations de pieds fermes. Et personne ne dira que c’est un sentiment désagréable bien au contraire. Mais je pense qu’il faut que l’on apprenne à faire la part des choses et à conserver un esprit authentique de temps en temps.

1eredonnée           +             2emedonnée

=

aprèségal

Hanaë Houdré

Publicités

La technologie : même la mort ne nous séparera pas !

cercueil Iphone

On l’a vu naître … on a suivi son évolution avec un œil protecteur …  Nous l’avons intégrer à part entière dans nos vies de tous les jours. Certains l’appellent même « mon bébé » et craquent lorsqu’ils ne l’ont plus près d’eux. On peut même dire qu’il a prit l’une des places les plus importantes : notre ami fidèle. Parfois, nous restons chez nous juste pour rester avec, oubliant presque qu’une vie extérieure existe … Bon vous l’aurez compris, il s’agit de notre portable et par extension de nos ordinateurs.

Qui dit appareils technologiques dit aussi réseaux sociaux et compagnie. On s’y est habitué et ce que l’on redoute le plus est le moment fatidique où nous ne pourrons plus nous en servir … A savoir le moment tragique de notre mort … Et oui …

Mais qu’à cela ne tienne !!! Le problème est résolu les amis !!

En effet, voici le nouvel appareil connecté du futur qui est proposé par la société anglaise «Perfect Choice Funerals» : le cercueil connecté !! Quel est le concept insolite de cette invention ? Et bien tout simplement vous aurez accès à vos réseaux sociaux préférés, des enceintes afin de pouvoir écouter tranquillement sa musique, une lumière de rétro-éclairage afin de bien voir …  Normal … Calmons nous, évidemment ce sera pour les vivants …

La principale motivation qui a engendré cette invention est tirée d’un constat simple : lors du décès d’un proche ou d’une connaissance, les messages de condoléances, et les souvenirs partagés, les regrets, les prières sont écrites sur l’ancienne page des réseaux sociaux du défunt. L’objectif est donc que ces messages soient directement publiés et lisibles sur le cercueil afin que tout le monde puisse participer et voir les petits mots des autres.

Certains peuvent y voir presque une énorme blague et de l’ironie par rapport à cela. Mais une étude très sérieuse ainsi qu’une enquête de terrain ont été élaborées afin de récupérer les préférences des familles et des individus au sens large du terme lors de la mise en bière du défunt.

Les cinq technologies le plus souvent citées sont la diffusion de vidéo, l’enregistrement numérique du service funèbre, la musique en streaming, un album photo numérique, la visioconférence et la projection holographique du défunt lors de la cérémonie… (https://www.bluewin.ch/fr/techno/2015/10/23/le-cercueil-du-futur-sera-connecte.html)

 Il est normal que les proches du défunt veulent voir les derniers moments de ce dernier en images, de passer de la musique et principalement les morceaux préférés de la personne décédée etc. La technologie permet des avancées incroyables, parfois même à la limite du risible lorsque nous ne prenons pas la peine de creuser les raisons d’un tel choix, mais il faut reconnaître qu’un enterrement High-Tech n’était que très peu pensable jusqu’alors … Mais pourquoi ne pas profiter de ce que l’on est capable de faire afin d’améliorer les moments les plus tragiques de notre vie ?

Pour moi, la création d’un cercueil nouvelle génération n’est pas quelque chose d’insensé bien que ce soit tout de même légèrement choquant de part le fait que cela casse totalement notre vision des enterrements. Mais projeter la vie du défunt tout en parlant de lui et en faisant son éloge me semble être une idée particulièrement judicieuse. Et puis, se rappeler des bons souvenirs partagés avec un Être cher, cela n’a pas de prix ! Donc avec le temps, cela pourrait peut être rentrer dans notre nouvelle vision du monde qui sait …

digital-legacys

Hanaë Houdré

Le remplacement des Hommes : les robots nous contrôleront !

photo debut

Un grand sujet de conversation ces derniers temps revient à chaque fois : est-ce que les robots vont entièrement remplacer les Hommes ? Et surtout pourront-ils avoir les mêmes aptitudes que nous ?

Depuis la crise économique, le chômage ne cesse d’augmenter et pourtant seuls les humains travaillent pour le moment. Nouveauté ? Maintenant même les robots pourront travailler … En effet, autrefois ils ne sortaient pas des usines, ils aidaient à la main d’œuvre pour travailler plus vite et soulever des poids impossibles, ou bien dans la cuisine pour aider à préparer des recettes mais dorénavant ils envahissent même notre vie quotidienne.

Déjà sont-ils comme les robots que nous connaissons, donc comme des machines, ou sont-ils ressemblant à des humains ? Et bien … ils sont semblables !

Ces derniers peuvent marcher, parler, se rappeler des prénoms, tenir une conversation, et leurs corps sont également similaires aux nôtres (autant que possible évidemment) !

Bien sur la technologie attire, bien sur on veut innover sans cesse et améliorer considérablement notre vie ! Mais de là à créer une machine qui nous ressemble et qui est capable de tout faire comme nous, voire même mieux que nous, reste tout de même quelque chose de dangereux. Déjà énorme point qui nous sépare : eux ils ne seront jamais fatigués, n’auront pas besoin de manger, de boire, ou tout simplement de se spécialiser vu que de toute manière ils sont programmés pour différentes missions. Sans parler que niveau salaire, à mon avis ils seront bien plus avantageux que nous dans ce domaine là aussi …

Autre chose. Vu que ce sont des robots humanoïdes, leurs mécanismes de fonctionnement sont d’autant plus durs à apprécier et il faut donc des connaissances hors du commun dans le domaine de la robotique « humaine ». De ce fait, il serait donc logique que les systèmes scolaires et universitaires aient des modifications à faire afin de préparer au mieux leurs élèves et étudiants. En effet les connaissances qu’ils devront absorber lors de leurs années d’études sont indispensables pour qu’ils sachent tout le processus de création et de manipulation du robot Humanoïde.

De plus, un robot humanoïde pourra à long-terme faire partie intégrante de notre vie quotidienne à tous, voire même combler le manque que vous ressentez quand vous êtes seul(e). Ils prendraient donc part à la vie commune de la même façon que nous le faisons.

Un des risques si une telle hypothèse se réalise dans longtemps, c’est qu’elle soit jugée normale.

Une maison de retraite située à Issy-Les-Moulineaux a « engagé » Zora, le robot humanoïde présent pour s’occuper et jouer avec les patients.

Elle tire les numéros du bingo, elle donne des cours de gymnastique ou bien encore elle lit les informations. Bref, elle s’occupe parfaitement bien de ses clients attitrés.

L’idée est brillante, mais le fond de l’idée est dangereuse à mes yeux car très bien on peut accomplir plus de travail à la minute, on peut leur demander de faire ce que nous souhaitons, ils vous parlent si vous le désiré etc. Mais d’un autre coté, plus les avancées technologiques le permettront, plus les robots humanoïdes pourrons nous remplacer. Et engager un robot pour s’occuper de patients est presque « inhumain » dans le sens où jamais un contact humain ne pourra être remplacé point de vue bien-être et solidarité …

 

photofin

Il est quand même mieux …

Hanaë Houdré

Les entreprises veulent-elles vraiment nous faciliter la vie ou mieux nous cerner ?

Capture d’écran 2016-03-30 à 15.14.23

Depuis quelques temps nous assistons à des révolutions numériques fortes utiles et à une volonté accrue des entreprises de nous laisser surfer en toute confiance sur leur réseau wifi mis à notre disposition.

Mais ces idées commerciales sont-elles vraiment faites pour nous, consommateurs, ou sont-elles plutôt pensées pour nous cerner plus facilement et récupérer toutes nos données en toute discrétion ?

Déjà de quoi parlons nous lorsque l’on dit « révolutions numériques » ? Tout simplement du système de déverrouillage de nos téléphones. Autrefois nous devions mettre un simple code, aujourd’hui les entreprises dont les secteurs d’activité sont liés à la téléphonie ont eu l’ingénieuse idée de lancer le déverrouillage par empreinte digitale … prétextant que cela est uniquement conçu afin de faciliter la manipulation de l’appareil.

Et concernant la wifi dans les magasins et les lieux publics ? Est-ce pour nous faciliter la vie et nous permettre de continuer de surfer comme à la maison ? Ou voient-ils par là même l’occasion de récolter nos données et cerner de plus en plus précisément ce que l’on regarde sur le net ?

La technologie biométrique est, dans la tête des utilisateurs, plus sécurisée étant donné que personne n’a la même empreinte que nous. C’est notre propre identité qui est utilisée et donc le niveau de confiance est décuplé. Mais malheureusement cela n’est pas une valeur sure, et pire encore, nos données personnelles sont en réalité utilisées à des fins commerciales. En effet, par ce biais les grandes enseignes telles que Sony, Samsung ou encore le géant Apple peuvent conserver l’intégralité de nos informations privées dans leurs logiciels de stockages et s’en servir à leur guise, sans prévenir.

Autre soucis de ce système ? On peut déverrouiller notre téléphone sans avoir à utiliser notre « vrai » doigt … mais tout simplement en imprimant en 3D notre empreinte … « en 2013 le groupe Chaos Computer Club avait déjà démontré la vulnérabilité de ce type d’authentification sur l’iPhone 5 en présentant un imprimé de l’empreinte sur lecteur du téléphone su subtilisant à la présentation de son doigt » (http://www.atlantico.fr/decryptage/conseils-pour-proteger-empreinte-digitale-android-et-pourquoi-c-est-important-frederic-mouffle-2280632.html)

Maintenant abordons le sujet de la mise à disposition de la wifi gratuite dans les magasins et lieux dits « publics » tels que les restaurants, les magasins de vêtements, les librairies, les aéroports etc. Tout le monde apprécie de conserver son forfait et de pouvoir utiliser internet quelque soit l’endroit dans lequel on se trouve, mais les enseignes ne font pas cela uniquement pour le bien-être des clients.

En effet, à partir de la seconde où l’on confirme que l’on veut rejoindre le réseau public, nos données sont récupérées dès que l’on clic sur « accepter les conditions d’utilisation ».

En effet, les marques vont conserver dans leurs logiciels de stockage les pages que l’on a visité ainsi que les correspondances que l’on aurait échangé en étant relié à leur borne.

Pire que cela, les fournisseurs quant à eux conserveraient nos données bancaires, nos déplacements géographiques, nos conversations etc.

Évidemment d’après eux les données en question sont cryptées et impossible à utiliser pour eux sauf sur décision judiciaire, mais aucune preuve de cette affirmation ne nous a été fournie.

Donc entre le fait que nos données sont exploitées sans scrupule par les marques et que notre téléphone peut être déverrouillé sans soucis par un simple imprimé, cela laisse à réfléchir sérieusement sur la question de son utilisation … ne vaut-il pas mieux conserver le mot de passe bien plus sécurisé et utiliser tranquillement sa 4G même si c’est moins rapide que la wifi offerte ? À méditer …

Pour ma part le choix est vite fait et je pars du principe qu’il vaut mieux limiter tant que possible de se servir de ces innovations et de ces « offres » gratuites faites par les sociétés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA                            password-decrypting

Hanaë Houdré

 

 

La polémique des liseuses : mort du livre traditionnel ?

Sans titreGrande révolution dans l’Histoire de l’Humanité : la possibilité de relier plusieurs pages ensemble afin de créer … un livre !

Nombreux sont les bénéfices de cette possibilité : avoir à portée de main son roman et s’évader dans un univers totalement différent du notre en l’espace de quelques secondes. Beaucoup pensent même que la lecture d’un bouquin est plus apaisante qu’un film et surtout laisse beaucoup plus de place à notre imagination.

Fort de ce mouvement de littérature, les entreprises qualifiées en technologie n’ont pas laissé passer l’opportunité en or qui s’offrait à eux : la possibilité de lire son livre non plus sur version papier mais sur support numérique. De là va alors débuter une longue polémique sur les avantages et les inconvénients de cette possibilité.

En effet, comme à chaque invention, des « pour » et des « contre » vont se manifester.

Premièrement parlons des avantages : une mobilité infinie, bien plus fine qu’un livre, nous pouvons l’amener partout sans soucis. Si l’on voyage beaucoup, que l’on attend d’arriver chez soi dans les transports ou qu’on attend de passer son rendez-vous, il suffit de sortir votre liseuse et c’est parti pour l’évasion.

Autre point non-négligeable est évidemment le fait qu’au lieu de n’avoir la possibilité d’avoir sur soi un seul livre dû à l’épaisseur, maintenant vous pouvez emportez avec vous l’intégralité de votre bibliothèque. Que demandez de plus ? Plus besoin de faire cette horrible chose que les gens appellent « prendre une décision » !

Enfin, dernier point à notifier, le fait que contrairement à une tablette, l’écran d’une liseuse n’est pas rétro-éclairé et donc n’abîme pas vos yeux, tel un livre. Du coup vous pouvez lire sans vous arrêter, non pas un mais 50 livres sans que votre cornée ne souffre. Et le soleil cette fois-ci ne sera plus un ennemi sur la page blanche : plus de réverbération car l’écran est mat et donc beaucoup plus agréable !

Toutefois, bien que ces caractéristiques soient profondément attirantes, un aspect reste à éclaircir pour faire son choix sans regret : veut-on vraiment que la technologie remplace tout ce que l’homme a crée ?

Déjà bien que nos romans soient bien visibles sur l’écran de la liseuse, la dimension de l’écran est-elle vraiment adaptée à ce genre d’activité ?

Ensuite, le prix du e-book … beaucoup plus cher qu’un livre imprimé sur papier si l’on fait le rapport entre le contenu et le contenant. De base en France c’est l’éditeur qui fixe les prix des livres et non pas les distributeurs. Mais en plus de cela, il n’y a pas de forfait illimité pour ce genre d’achats contrairement à la musique par exemple ou aux films sur écran digital également. Pourtant, la France reste le seul pays européen où la taxe est de 5.5% contrairement à 20% pour les autres pays.

De ce fait, le prix moyen d’un livre papier va être de 15 euros par exemple, et le prix du même livre version numérique sera de 12 euros, ce qui fait une économie relativement petite. La conséquence d’un choix tel que celui là pourrait donc être la montée en puissance des piratages en ligne et donc la chute du livre …

Dernier point des plus importants : l’arrivée du e-book n’est pas spécialement une bonne nouvelle pour les acteurs de ce secteur. En effet, nombre de métiers sont et seront de plus en plus affectés par ce phénomène. Parmi ces derniers nous pouvons citer les imprimeurs, les libraires et certains diffuseurs.

En conclusion, je trouve que l’idée de lire sur un support digital possède ses avantages comme la facilité de l’emporter avec soi et d’avoir 30 titres dans un même contenant, mais c’est également dénaturer de façon abusive la connotation du livre et rendre cette activité aussi banale qu’écouter de la musique avec ses écouteurs plutôt qu’assister à des concerts … grosso modo …

 

liseuses

 

Hanaë Houdré

Le paiement contactless : une innovation présentant peu de risques

 

ingenico-i3070-contactless

Qui n’a jamais vécu l’attente interminable dans les queues des magasins, des oublis de code PIN pour sa carte de crédit ?

Aujourd’hui va être lancée la carte permettant un paiement immédiat sans contact et sans avoir à taper son « mot de passe » sur le TPE des magasins. Un gain de temps relativement significatif et objectivement agréable il faut le reconnaître.

Dans 40 pays Européens il est dorénavant possible de régler ses achats de moins de 25 euros par le paiement sans contact. Et d’ici 2017 toutes les cartes de crédit devraient être équipées de cette fonctionnalité et l’ensemble des terminaux de paiement des magasins, des restaurants, des aéroports etc. devra l’accepter à leur tour.

Mais est-ce sans risque ? Telle est la question légitime qui se pose.

Le risque Zéro n’existe effectivement pas, quelque soit le domaine dans lequel on se situe. Cependant, afin de pouvoir payer, une première transaction en ligne devra avoir été effectuée avec la confirmation du code PIN cette fois-ci.

De plus, seuls les achats de moins de 25 euros seront réglables de cette façon-ci, tout montant excédant ce seuil devra être effectué avec la composition de son code de sécurité.

Autre point important à signaler, la carte de crédit de ne quittera pas une seconde la main de l’acheteur, évitant par là même le risque de fraude. Même le commerçant n’aura pas à toucher le moyen de paiement.

Enfin, même si une personne malintentionnée réussi à capter les données lors de la transaction (ce qui serait difficile vu la rapidité d’utilisation de la carte), il ne pourrait pas se servir de ce qu’il aura découvert car le code crypté sera inutilisable pour une autre transaction car c’est un code unique qui expire instantanément dès qu’il a été utilisé une fois.

Une question reste toutefois en suspend si quelqu’un réussi à récupérer vos données : peut-il procéder à des achats en ligne dans ces cas là en utilisant votre compte bancaire ?

NON ! Aucun risque non plus de ce coté là ! En effet, le code de sécurité, aussi appelé « cryptogramme de sécurité CVV2 » n’est pas transmis à la machine, de ce fait impossible de pirater ce genre d’informations et donc de l’utiliser pour un quelconque achat en ligne.

Quoi qu’il en soit, si jamais les clients ne sont pas d’accord pour obtenir cette carte avec la fonctionnalité de paiement sans contact, une demande auprès de la banque peut être effectuée afin de conserver son mode de paiement habituel.

À mon avis, le paiement sans contact peut être une avancée sympathique point de vue rapidité pour les achats minoritaires et surtout le fait que la limite maximale à son utilisation soit fixée à 100€ limite d’autant plus les risques et la psychose de « mon Dieu si je me fais pirater je suis mort » ! Et puis, que ce soit avec cette option incluse ou normale, le risque de fraude persiste de toutes manières et l’objectif premier est avant tout de surveiller ses affaires …

Hanaë Houdré

La technologie conçue uniquement pour les jeunes ?

 

Sans titre

Nombreux sont les clichés liés aux personnes âgées. Elles ne savent pas utiliser la nouvelle technologie et nous, les jeunes, on se sent tout puissants par rapport à eux. Est-ce justifié ?

Si ça le fut… ça ne l’est plus du tout !

En effet, évidemment les jeunes sont plus enclins à vouloir le dernier Smartphone sorti, la console de jeux la plus puissante, la montre la plus high-tech qui ferait même d’ici 1 an les courses à votre place. Mais les personnes âgées ont également des attentes par rapport à la nouveauté et à l’innovation, seulement pour eux, la technicité est vraiment appréciée pour des raisons plus utiles dirons nous …

La population la plus importante en terme de taille est … les « Anciens » ! Les ingénieurs doivent donc penser également à leur bien-être et à la facilité d’utilisation, bien qu’ils soient de plus en plus calés grâce aux petits-enfants qui, eux, ont baigné dedans toute leur vie.

Deux volontés différentes émanent de ce segment : le coté « rendre la vie plus facile et accessible » et « être de plus en plus proche de leur famille ».

De ce fait, on assiste à l’apparition de plusieurs nouveautés : les cannes connectées avec GPS intégrés pour vous guider et qui détectent la moindre chute et alertent vos proches à la seconde.

Ou encore un téléphone fixe avec des touches adaptées pour la vue et les doigts des consommateurs.

Quant aux escaliers ils ne feront plus jamais peur : une rampe avec une chaise qui monte toute seule pour éviter les chutes et la fatigue inutile.

Mais au-delà de ces innovations principalement conçues pour faciliter et sécuriser la vie quotidienne, il y a également les nouveautés crées pour enjoliver notre quotidien cette fois-ci.

Parmi ces dernières on peut bien sûr citer les téléphones avec les appareils photos afin de capturer les moments passés en famille ; les ordinateurs afin de communiquer via la webcam avec ses petits-enfants ; des jeux en lignes pour passer le temps.

Quelques chiffres pour appuyer ces éléments ? « En France, 83% des 60-69 ans ont un téléphone mobile, 26% un Smartphone  et 14% une tablette (CREDOC, 2014) » (http://generationcare.fr/les-vieux-accros-a-la-technologie/).

Ces données sont la preuve que tout un chacun veut s’adapter, suivre les tendances, continuer d’évoluer avec son temps et une volonté de limiter de plus en plus la réticence qu’ils pouvaient avoir dans le temps.

Les jeunes sont également un point déclencheur pour la génération plus ancienne : ils jouent dorénavant un rôle de prescripteurs auprès de cette population et si il y a bien un domaine dans lequel on va faire aveuglément confiance à un ado ou à un jeune adulte c’est bien la dernière nouveauté technologique …

Personnellement, je trouve qu’adapter chaque situation aux individus est un élément fondamental et caractéristique de notre siècle. De ce fait, adapter la technologie pour simplifier l’existence ou pour l’améliorer de façon significative est primordial de nos jours et les ressources en recherche et développement doivent continuer à être employées dans le but d’innover sans cesse.

Capture d’écran 2016-03-30 à 14.00.18                       Capture d’écran 2016-03-30 à 14.01.25

Hanaë Houdré

Sommes nous vraiment en sécurité face au Digital ?

 

http

Nombreuses sont les personnes pensant que derrière un écran nous sommes en sécurité ou diverses sont les organisations s’imaginant être encore impénétrables grâce à la mise en place d’un mot de passe à rallonge … Est-ce pour autant encore d’actualité face à la montée en puissance des pirates du 2.0 ?

On les connaît de nom mais certainement pas de visu, alors qui sont les plus importants pirates dans ce domaine ? Si je vous dis « masque blanc » et « moustache » ou encore « V pour Vendetta » ? Les Anonymous !

Bien souvent, ils veulent montrer les dérives des gouvernements ou les secrets censés être inviolables des Hommes Politiques. Ils s’attaquent à tous les sujets, allant des faits d’actualité à ceux dits permanent. Dernière en date, l’organisation déclare une guerre totale à Daesh suite aux attentats perpétrés à Bruxelles. Une chose est sure, c’est que des informations fondamentales sortiront des comptes protégés grâce à eux.

Peu de temps avant, il y a eu le hacking d’un site du Ministère de la Défense, qui voit malheureusement des informations et des données relatives à la « nomenclature et l’identification des matériels utilisés par l’armée française et travaillant également avec l’OTAN » publiées en ligne par les hacktivistes.

Quelques mois plus tôt, peu après les attentats du 13 Novembre 2015 au Bataclan de Paris, Les Anonymous avaient également lancé une vidéo devenue vite virale où l’un des représentants du collectif promettait aux terroristes liés de près ou de loin à cet attentat de se venger et de les traquer afin de monter contre ces derniers la plus grosse cyber-attaque jamais lancée (https://www.youtube.com/watch?v=RwGGcZoRs-k)

Un an auparavant, le 7 janvier 2015, ils avaient déjà tenu leur promesse en publiant après l’attentat de Charlie Hebdo 9.200 comptes liés au groupe Etat Islamique sur Twitter … (vidéo publiée après les attentats du journal satirique : https://www.youtube.com/watch?v=Z_QxrqjpWcE)

Comment expliquer le fait que des personnes, certes douées en informatique, puissent pirater de telles informations, peu importe leur provenance ou leur clé de sécurité ? Peut-on être rassuré que ces « vengeurs » du net veuillent servir et informer les lecteurs de la toile ? Être au courant de tout et pouvoir avoir accès à des informations délicates est-ce réellement une bonne idée ? Le coté anarchique que laisse voir les membres de cette communauté anonyme peut laisser penseur et dubitatif car au final plus ils menacent et publient des informations secrètes, plus les attaques physiques sont à craindre.

Pour ma part, j’estime que pirater des données nécessaires pour faire tomber une organisation néfaste peut être bénéfique. Toutefois, il faut trouver un juste milieu à leurs actions : pirater pour informer les principaux concernés d’accord, mais tout publier en ligne par la suite est-ce nécessaire et surtout sans répercussions ? N’attisent-ils pas les tensions en faisant cela ?

un homme parmi tant d autre

Des hommes parmi tant d’autres

Hanaë Houdré

Un Snapchat sans censure : bienvenue sur Fleek !

 

logo Fleek

Tout le monde connaît l’application du petit Fantôme jaune, Snapchat, mais connaissez vous déjà son « petit frère » Fleek ? Le concept est sensiblement identique, à savoir envoyer des photos ayant une durée de vie éphémère à ses amis afin de partager de façon ludique des moments précis de sa vie. Les deux sont développées et conçues pour les étudiants et utilisent la géolocalisation.

Quelles sont les différences entre ces 2 applications d’images instantanées dans ces cas là ? Elles sont plutôt importantes : il n’y a aucune censure déployée sur Fleek ! De ce fait, si vous voulez envoyer des photos plus explicites, voire même au bord du légal, vous pouvez le faire sans nulle crainte. Et deuxième point important : il n’y a ni liste d’amis ni identification nécessaire pour y participer, il suffit de dire à quelle université vous voulez être affilié et HOP ! Vous pourrez participer à l’alimentation des stories.  

Mais si l’idée en soi est alléchante, on cherche tous à publier et à s’exprimer sans être censuré, les conséquences peuvent être risquées, voire néfastes.

En effet, déjà l’image des universités va voir sa cote de popularité chuter concernant son aspect « sérieux » car, rappelons le, chaque utilisateur est lié à une université… Bof bof pour l’image de marque par la suite.

Plus grave encore, bien que ce soient des photos éphémères, qui n’a jamais pris de « screenshot » des images marrantes ou dossiers qu’il voit ? Ce qui signifie que le cliché que vous avez pris, que vous jugiez marrant sur le moment, peut vite devenir viral et vous faire défaut (sans parler des dégâts pour votre vie professionnelle…).

Et le pire du pire reste à lire : le harcèlement !

En effet, étant une application indépendante, non reliée à un autre réseau social, vos données ne sont absolument pas protégées et la géolocalisation ne sera pas votre alliée dans ce cas précis …

Nous sommes dans une société où les faits divers concernant des agressions physiques, des altercations, des viols, des cas de harcèlement moral ou physique sont de plus en plus fréquents, voire même en tête de liste des informations journalières. Alors publier des photos « non censurées » de soi est-ce vraiment si judicieux que ca ? Est-ce quelque chose de bien réfléchi de la part des développeurs de cette application ?

Personnellement je trouve l’idée d’enlever les censures sur un réseau public plutôt dangereuse. Effectivement en soi c’est tentant de pouvoir poster ce que l’on veut sans avoir à se méfier ni être banni d’un site, mais à mes yeux cela entraine plutôt un sentiment de sécurité là où en réalité le danger est permanent.

help Donc avant de cliquer sur « Entrer », êtes vous sûr de ce que vous faites ?

Hanaë Houdré

http://www.ladn.eu/actualites/fleek-snapchat-sans-censure-mais-avec-derives,article,29936.html

 

Facebook : Avoir plusieurs choix de « Like » est-ce vraiment bien ?

buzz-photo-56cdccd7590c6

En tant qu’adolescents ou bien même de jeunes adultes, l’une des grandes frustrations rencontrée sur le géant des réseaux sociaux était jusqu’à récemment le fait que nous ne pouvions pas dire que « l’on aimait pas » une publication. Qu’à cela ne tienne !!! Facebook, après avoir réfléchi de nombreux mois sur « mais quelles émotions allons nous donner la possibilité d’utiliser ?? », a enfin lancé sa dernière innovation digitale : on peut désormais exprimer plus explicitement notre ressenti face à une vidéo, un article, une photo, un simple commentaire sur notre mur.

En effet, tout le monde connaît le fameux « pouce » de Facebook, pour montrer notre accord ou notre intérêt pour un post, mais cela pouvait parfois être gênant lorsque la publication n’était pas vouée à recevoir un « j’aime ». Allez mettre un pouce lorsque vous lisez un article concernant un nouveau virus découvert en Afrique ou lorsque vous apprenez la disparition d’un des proches de votre ami … galère !!

Maintenant, exprimez clairement ce que vous inspire ce que vous voyez sur votre fil d’actualité : vous aimez ? Pas de soucis il y a toujours le pouce ; vous êtes choqué ? Optez pour le Wow ; vous trouvez ca marrant ? Assumez le et mettez le bonhomme qui est mort de rire …

Les réactions des internautes diffèrent les unes des autres. Il y a les comblés, qui attendaient cette révolution numérique  depuis des lustres, et il y a les « pas contents » qui trouvent ça inutile au possible et … compliqué (why not après tout …)

Mais cette nouveauté est-elle uniquement faite pour le bonheur des utilisateurs ou il y a-t-il un avantage quelconque pour les entreprises présentent sur le réseau social ?

Et oui … voyons les choses autrement ! Avant, vous ne pouviez pas dire si vous aimiez la publication au sens propre du terme, simplement qu’elle avait suscité chez vous un intérêt plus ou moins développé. Toutefois, malgré le manque d’informations sur votre sentiment exact, les sociétés pouvaient s’en servir pour voir vos centres d’intérêts, ce qui vous touche, ce qui vous marque.

Maintenant, grâce aux nouveaux emojis Facebookiens, vos pensées n’auront plus aucun secret pour les compagnies ! « Les réactions impacteront potentiellement la visibilité des pages et des posts dans un second temps » ! Conclusion ? Vos réactions impacteront un peu plus ce que les entreprises pourront désormais vous montrer en premier sur votre mur…

Les Community Managers vont dorénavant devoir travailler deux fois plus afin de savoir si leur statistiques sont correctes ou pas !

 

10400830_1006806832698824_7333592652679463373_n

Pour être tout à fait honnête j’utilise moi même ces nouveaux personnages. Mais je dois reconnaitre que je ne mets pas forcément ce que je « ressens » véritablement face à un post, pour le moment je teste, bien que le « pouce » reste mon click préféré car il est tout de même plus neutre et tout le monde n’a pas besoin de savoir ce qui me touche vraiment … À voir sur le moyen terme si j’accepte ce changement à mon tour !

Hanaë Houdré