La puce électronique : uniquement pour les prisonniers ?

Nous connaissons tous le bracelet électrique placé dans la majorité des cas autour de la cheville des détenus libérés mais sous surveillance. Nous trouvons cela à la fois judicieux de part le caractère de sécurité engendré grâce à cette petite chose mais également relativement intrusive car nous savons d’office où se trouve la personne. Dans ce cas présent, évidemment les anciens détenus ont fauté donc cela ne choque et ne dérange personne qu’ils soient épiés, mais dans le cas d’un individu lambda, sans casier judiciaire mais travaillant simplement pour une société de pharmaceutique, cela va-t-il avoir la même connotation et surtout qu’avons nous à craindre en portant cette puce ?

Le 6 avril, la société Sanofi a en effet lancé la puce électronique pour tous ses employés, et ils doivent accepter de la porter sur leur porte-badge s’ils souhaitent travailler ou continuer de travailler pour cette enseigne.

13045563_10208998695865192_1642599309_n.png

Grâce à cette dernière, leurs moindres faits et gestes seront transmis et la liberté individuelle risque d’être mise à rude épreuve.

En effet, chaque pause qui sera effectuée par les employés sera transmise à un logiciel qui récupère les données de la puce. De ce fait, que vous alliez à la cantine, dehors, à la machine à café, dans les salles de réunion etc., chacun de vos mouvements seront chronométrés à la seconde près.

Les dirigeants de Sanofi prétextent une volonté accrue de contrôler les espaces disponibles afin de les optimiser voire même d’en rajouter. Evidemment cela laisse dubitatif. Surtout lorsque l’on sait qu’il y a déjà des caméras à 360° présentes dans les locaux du site en question, à savoir dans à Gentilly dans le Val-de-Marne. Un petit coté Big Brother se fait de plus en plus sentir dans cette entreprise, et les employés ainsi que les syndicaux s’inquiètent de plus en plus.

Afin de les rassurer, les managers affirment que ces puces sont entièrement anonymes et que du coup personne ne peut savoir qui est où exactement. Malheureusement, la puce n’est activée que lorsque le badge, qui est nominal quant à lui, est passé au détecteur. Il n’est donc pas très compliqué de savoir qui est derrière la puce étant donné que l’activation se fait simultanément.

13045439_10208998695905193_1600661_n.png

Autre point qui fait que les salariés et les syndicaux sont relativement inquiets est le fait que l’on assiste dans le même temps à un plan social. En effet, pas moins de 600 personnes vont quitter leur poste suite à des choix volontaires, mais du coup les autres employés paniquent à cause de la puce. Peut-être voient-ils par là une solution afin de les pister et de savoir s’ils sont « à garder » ou non. Une ambiance de terreur pointe de plus en plus le bout de son nez et l’entreprise rajoute de l’huile sur le feu en imposant ce nouveau système de géolocalisation.

Le principe d’une puce avec pour objectif la géolocalisation n’est à mon sens pas du tout adapté à des employés d’une société. Ce système est réservé pour les individus dont la liberté est sensée être restreinte, or dans notre cas, il n’a jamais été question de limiter ou épier les faits et gestes des salariés.

Yohann Grégoire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s