La technologie conçue uniquement pour les jeunes ?

 

Sans titre

Nombreux sont les clichés liés aux personnes âgées. Elles ne savent pas utiliser la nouvelle technologie et nous, les jeunes, on se sent tout puissants par rapport à eux. Est-ce justifié ?

Si ça le fut… ça ne l’est plus du tout !

En effet, évidemment les jeunes sont plus enclins à vouloir le dernier Smartphone sorti, la console de jeux la plus puissante, la montre la plus high-tech qui ferait même d’ici 1 an les courses à votre place. Mais les personnes âgées ont également des attentes par rapport à la nouveauté et à l’innovation, seulement pour eux, la technicité est vraiment appréciée pour des raisons plus utiles dirons nous …

La population la plus importante en terme de taille est … les « Anciens » ! Les ingénieurs doivent donc penser également à leur bien-être et à la facilité d’utilisation, bien qu’ils soient de plus en plus calés grâce aux petits-enfants qui, eux, ont baigné dedans toute leur vie.

Deux volontés différentes émanent de ce segment : le coté « rendre la vie plus facile et accessible » et « être de plus en plus proche de leur famille ».

De ce fait, on assiste à l’apparition de plusieurs nouveautés : les cannes connectées avec GPS intégrés pour vous guider et qui détectent la moindre chute et alertent vos proches à la seconde.

Ou encore un téléphone fixe avec des touches adaptées pour la vue et les doigts des consommateurs.

Quant aux escaliers ils ne feront plus jamais peur : une rampe avec une chaise qui monte toute seule pour éviter les chutes et la fatigue inutile.

Mais au-delà de ces innovations principalement conçues pour faciliter et sécuriser la vie quotidienne, il y a également les nouveautés crées pour enjoliver notre quotidien cette fois-ci.

Parmi ces dernières on peut bien sûr citer les téléphones avec les appareils photos afin de capturer les moments passés en famille ; les ordinateurs afin de communiquer via la webcam avec ses petits-enfants ; des jeux en lignes pour passer le temps.

Quelques chiffres pour appuyer ces éléments ? « En France, 83% des 60-69 ans ont un téléphone mobile, 26% un Smartphone  et 14% une tablette (CREDOC, 2014) » (http://generationcare.fr/les-vieux-accros-a-la-technologie/).

Ces données sont la preuve que tout un chacun veut s’adapter, suivre les tendances, continuer d’évoluer avec son temps et une volonté de limiter de plus en plus la réticence qu’ils pouvaient avoir dans le temps.

Les jeunes sont également un point déclencheur pour la génération plus ancienne : ils jouent dorénavant un rôle de prescripteurs auprès de cette population et si il y a bien un domaine dans lequel on va faire aveuglément confiance à un ado ou à un jeune adulte c’est bien la dernière nouveauté technologique …

Personnellement, je trouve qu’adapter chaque situation aux individus est un élément fondamental et caractéristique de notre siècle. De ce fait, adapter la technologie pour simplifier l’existence ou pour l’améliorer de façon significative est primordial de nos jours et les ressources en recherche et développement doivent continuer à être employées dans le but d’innover sans cesse.

Capture d’écran 2016-03-30 à 14.00.18                       Capture d’écran 2016-03-30 à 14.01.25

Hanaë Houdré

Sommes nous vraiment en sécurité face au Digital ?

 

http

Nombreuses sont les personnes pensant que derrière un écran nous sommes en sécurité ou diverses sont les organisations s’imaginant être encore impénétrables grâce à la mise en place d’un mot de passe à rallonge … Est-ce pour autant encore d’actualité face à la montée en puissance des pirates du 2.0 ?

On les connaît de nom mais certainement pas de visu, alors qui sont les plus importants pirates dans ce domaine ? Si je vous dis « masque blanc » et « moustache » ou encore « V pour Vendetta » ? Les Anonymous !

Bien souvent, ils veulent montrer les dérives des gouvernements ou les secrets censés être inviolables des Hommes Politiques. Ils s’attaquent à tous les sujets, allant des faits d’actualité à ceux dits permanent. Dernière en date, l’organisation déclare une guerre totale à Daesh suite aux attentats perpétrés à Bruxelles. Une chose est sure, c’est que des informations fondamentales sortiront des comptes protégés grâce à eux.

Peu de temps avant, il y a eu le hacking d’un site du Ministère de la Défense, qui voit malheureusement des informations et des données relatives à la « nomenclature et l’identification des matériels utilisés par l’armée française et travaillant également avec l’OTAN » publiées en ligne par les hacktivistes.

Quelques mois plus tôt, peu après les attentats du 13 Novembre 2015 au Bataclan de Paris, Les Anonymous avaient également lancé une vidéo devenue vite virale où l’un des représentants du collectif promettait aux terroristes liés de près ou de loin à cet attentat de se venger et de les traquer afin de monter contre ces derniers la plus grosse cyber-attaque jamais lancée (https://www.youtube.com/watch?v=RwGGcZoRs-k)

Un an auparavant, le 7 janvier 2015, ils avaient déjà tenu leur promesse en publiant après l’attentat de Charlie Hebdo 9.200 comptes liés au groupe Etat Islamique sur Twitter … (vidéo publiée après les attentats du journal satirique : https://www.youtube.com/watch?v=Z_QxrqjpWcE)

Comment expliquer le fait que des personnes, certes douées en informatique, puissent pirater de telles informations, peu importe leur provenance ou leur clé de sécurité ? Peut-on être rassuré que ces « vengeurs » du net veuillent servir et informer les lecteurs de la toile ? Être au courant de tout et pouvoir avoir accès à des informations délicates est-ce réellement une bonne idée ? Le coté anarchique que laisse voir les membres de cette communauté anonyme peut laisser penseur et dubitatif car au final plus ils menacent et publient des informations secrètes, plus les attaques physiques sont à craindre.

Pour ma part, j’estime que pirater des données nécessaires pour faire tomber une organisation néfaste peut être bénéfique. Toutefois, il faut trouver un juste milieu à leurs actions : pirater pour informer les principaux concernés d’accord, mais tout publier en ligne par la suite est-ce nécessaire et surtout sans répercussions ? N’attisent-ils pas les tensions en faisant cela ?

un homme parmi tant d autre

Des hommes parmi tant d’autres

Hanaë Houdré

Un Snapchat sans censure : bienvenue sur Fleek !

 

logo Fleek

Tout le monde connaît l’application du petit Fantôme jaune, Snapchat, mais connaissez vous déjà son « petit frère » Fleek ? Le concept est sensiblement identique, à savoir envoyer des photos ayant une durée de vie éphémère à ses amis afin de partager de façon ludique des moments précis de sa vie. Les deux sont développées et conçues pour les étudiants et utilisent la géolocalisation.

Quelles sont les différences entre ces 2 applications d’images instantanées dans ces cas là ? Elles sont plutôt importantes : il n’y a aucune censure déployée sur Fleek ! De ce fait, si vous voulez envoyer des photos plus explicites, voire même au bord du légal, vous pouvez le faire sans nulle crainte. Et deuxième point important : il n’y a ni liste d’amis ni identification nécessaire pour y participer, il suffit de dire à quelle université vous voulez être affilié et HOP ! Vous pourrez participer à l’alimentation des stories.  

Mais si l’idée en soi est alléchante, on cherche tous à publier et à s’exprimer sans être censuré, les conséquences peuvent être risquées, voire néfastes.

En effet, déjà l’image des universités va voir sa cote de popularité chuter concernant son aspect « sérieux » car, rappelons le, chaque utilisateur est lié à une université… Bof bof pour l’image de marque par la suite.

Plus grave encore, bien que ce soient des photos éphémères, qui n’a jamais pris de « screenshot » des images marrantes ou dossiers qu’il voit ? Ce qui signifie que le cliché que vous avez pris, que vous jugiez marrant sur le moment, peut vite devenir viral et vous faire défaut (sans parler des dégâts pour votre vie professionnelle…).

Et le pire du pire reste à lire : le harcèlement !

En effet, étant une application indépendante, non reliée à un autre réseau social, vos données ne sont absolument pas protégées et la géolocalisation ne sera pas votre alliée dans ce cas précis …

Nous sommes dans une société où les faits divers concernant des agressions physiques, des altercations, des viols, des cas de harcèlement moral ou physique sont de plus en plus fréquents, voire même en tête de liste des informations journalières. Alors publier des photos « non censurées » de soi est-ce vraiment si judicieux que ca ? Est-ce quelque chose de bien réfléchi de la part des développeurs de cette application ?

Personnellement je trouve l’idée d’enlever les censures sur un réseau public plutôt dangereuse. Effectivement en soi c’est tentant de pouvoir poster ce que l’on veut sans avoir à se méfier ni être banni d’un site, mais à mes yeux cela entraine plutôt un sentiment de sécurité là où en réalité le danger est permanent.

help Donc avant de cliquer sur « Entrer », êtes vous sûr de ce que vous faites ?

Hanaë Houdré

http://www.ladn.eu/actualites/fleek-snapchat-sans-censure-mais-avec-derives,article,29936.html

 

Le recrutement 2.0 : mythe ou réalité ?

trouveruntravail

Aujourd’hui j’ai pour objectif de trouver un stage ou un CDD pour une durée de 6mois.

Mais comment faire et par où commencer ? Par quel canal les entreprises sont elles le plus susceptibles pour recruter ?

Il est vrai qu’une multitude d’offres se présentent à nous, mais l’intensité concurrentielle du marché du stage est comment dirait on, saturé !

Plusieurs options ce sont alors offertes à moi. Chercher de manière classique : par relations interposées, dans les journaux presses, l’envoie de candidatures spontanées.

Mais aujourd’hui de nouvelles manières de recherches sont mises à notre disposition.

La digitalisation de la société et tout particulièrement de l’entreprise a pu augmenter nos moyens de recherches.

Que ce soit par le biais des réseaux sociaux, des sites internet spécialisés dans la recherche de stage, ou encore sur les sites propres des entreprises, il devient plus facile de rechercher des offres de stages ou d’emplois et de postuler. En revanche est il toujours aussi facile de postuler et d’obtenir des entretiens.

Chaque seconde, 2 personnes s’inscrivent sur LinkedIn. C’est que cela doit être efficace !

D’autres réseaux sociaux sont aussi efficaces comme Viadéo, ou encore plus surprenant Facebook.

reseauxsociaux

 

Aujourd’hui il est donc primordial d’avoir une vitrine digitale irréprochable. Les réseaux sociaux professionnels permettent de rencontrer des gens et de se constituer un réseau professionnel qui est très important pour décrocher le précieux sésame.

D’autres moyens digitaux sont possibles pour rechercher un « job ». Les sites internet spécialisés. Ils sont nombreux : Indeed, Job rapido, Météojob, Apec et j’en passe. Ils permettent de répertorier l’ensemble des offres sur le marché et de rechercher précisément dans le secteur d’activité souhaité.

Il est aussi possible de se rendre directement sur le site de l’entreprise visée par l’étudiant car elles ont pour la plupart un onglet sur leur site internet « Recrutement ». Les entreprises peuvent alors organiser leur recrutement de manière plus efficace.

Il est donc nécessaire d’avoir une lettre de motivation et un curriculum vitae original pour sortir du lot. De plus il doit être très compliqué pour les entreprises de faire le tri dans la multitude de demande qu’ils doivent recevoir chaque jour.

Afin de pouvoir trouver « la perle rare » avec l’affluence des candidats pour un poste, les entreprises ont maintenant recours au digital pour les aider dans leur choix. Que ce soit un « DRH » connecté ou bien des plateformes de jeux de simulation.

Vous connaissez le Business Game ?

Mais qu’est ce qu’un Business Game : c’est une tendance nouvelle du recrutement qui permet de sélectionner des candidats sur leurs compétences et non uniquement sur leur CV et leur expérience. Une simulation via une plateforme internet pour que plusieurs personnes se mettent en concurrence ou en team pour pouvoir jauger les comportements des candidats. Cela permet un premier écrémage. Aussi, le profil du candidat sur ces différents réseaux doit être considéré comme une simple vitrine, car dans 50 % des recrutements il servira simplement à pré-évaluer le candidat avant les traditionnels entretiens d’embauche. Les CV en ligne paraissent en effet plus authentiques que les CV papier, car ils sont « validés » tacitement par les amis et les relations professionnelles.

Les secteurs qui recrutent le plus via ces nouveaux médias sont les ressources humaines, le marketing et la vente.

Et vous comment cherchez vous vos stages et emplois ?

 

Yohann Grégoire

Les blogueurs : un métier à part entière !

Je suis tombé récemment sur un blog très intéressant sur la cuisine détox : http://www.leblogdeladetox.fr . Il était très bien référencé car sur la première page des recherches Google en numéro 2, juste après les publicités.

 

Je me suis alors mis à regarder différents blogs, et oui en fait les blogs sont partout ! Que ce soit mode, détente, voyage, nutrition, conseil beauté, tout y passe. Alors pourquoi les gens font-ils ça si cela ne leur rapporte rien ?

 

Le blog dans un premier temps est le reflet de la personnalité d’une personne, cela lui permet de s’exprimer, de partager avec d’autres personnes ses centres d’intérêts mais aussi parfois des conseils.

Beaucoup de gens deviennent blogueur pour avoir un passe temps. Mais à quel moment un blogueur devient professionnel ?

 

Il est vrai que lorsqu’un blog attire du monde par exemple des pics de trafic aux alentours de 10 000 visiteurs par jour cela permet au blogueur de prendre une décision.

Faut il envisager d’en faire un metier ?

Une chose est certaine, plus les blogueurs génèrent du trafic sur leur blog, plus ils intéressent les professionnels du secteur, que ce soit pour promouvoir leur produit par le biais de l’influenceur, ou tout simplement diffuser des encarts publicitaires directement sur le blog. Il est vrai que le marché publicitaire est en croissance, mais que le nombre d’internautes croit encore de nos jours.

Par exemple, les revenus publicitaires engendrés par leur passion permettent pour certains d’en vivre pleinement. Steve Hemmerstoffer, Romain Libeau ou encore Anh Phan en sont des exemples.

Donc si j’ai bien compris le succès principal d’un blog, de sa pérennité et surtout de sa rentabilité en terme de temps passé dessus provient principalement du trafic qu’il génère et le nombre de personnes dites « influencées ».

Avant toute chose pour pouvoir devenir professionnel du blog, il faut une certaine notoriété, des contenus intéressants, mis à jour constamment afin d’attirer les internautes et donc les annonceurs !

« Le lecteur va faire confiance à ses pairs bien plus qu’à un journaliste lointain. » Yves Eudes, « Profession blogueur« , Le Monde.

 Une chose est sûr le blogueur d’aujourd’hui est devenu un chef d’entreprise !

http://www.leblogdebetty.com/madonna-inn/

image-22424-513.jpg

Cette jeune fille n’est pas en vacances ! Elle travaille, toutes les semaines elle poste au minimum 3 articles avec des tenues qui lui plaisent et avec les liens pour que les internautes puissent les trouver.

Peu à peu les marques de prêt-à-porter ont demandés à la jeune fille de mettre des liens vers leurs magasins, ou bien de porter des tenues avec leur marque bien en évidence ! Pour cela la jeune femme reçoit un pourcentage en fonction du nombre de vente.

Mais pas que ! Elle est aussi rémunérée grâce aux nombres d’encarts publicitaire se trouvant sur son blog, mais aussi par les post dit « sponsorisés ».

 

Sa passion c’est donc transformée en véritable business plan, elle génère environs 20 000 visites par jour sur son blog !

Il ne tient donc qu’à une passion, une forte volonté, et esprit entrepreneurial pour faire de son blog un métier ! A vous de jouer …

 

Alice Macabies

Le digital et les seniors : sont ils noyés dans la marée ?

Senior-citizen-Internet

Je m’adresse à vous les « jeunes » ! Vos grands parents sont ils connectés ? Parce que les miens oui : mon grand père m’envois de « sms », ma grand-mère des « mms » et des e-mails, mais  pas que, ils sont connectés avec moi via l’application « Whatsapp » lorsqu’ils partent en vacances.

Une question se pose alors, le digital est il fait pour tout le monde ? Les séniors sont-ils conquis par ce nouveau canal ?

Selon le site internet « e-marketing.fr » les séniors sont devenus une cible à fort potentiel dans le secteur du e-commerce.

Il est vrai que notre société est de plus en plus vieillissante. Les séniors sont une  tranche d’âge importante désormais, cela est du à  l’augmentation de l’espérance de vie de la population. Les séniors sont donc plus actifs et désireux d’apprendre de nouvelles choses notamment pour pouvoir discuter et comprendre les générations plus jeunes.

« 70% des seniors possèdent un ordinateur, et beaucoup en ont même plusieurs. 71% disposent d’un téléphone portable et les smartphones ne cessent de s’affirmer. Les Seniors sont donc  bien équipés en high-tech. En revanche c’est  passé 70 ans (une limite qui ne cesse de reculer) que l’on note une « fracture numérique » avec seulement 25% de connectés. Mais avant, point de différence : 75% des + de 50 ans utilisent Internet, pour des raisons professionnelles (la grande majorité est encore active) et personnelles (entretenir des relations avec ses proches, faire des découvertes, s’informer…). 80% d’entre eux se connectent même tous les jours. (Chiffres Médiamétrie/comscore) ». (http://www.influencia.net/fr/actualites/in,observatoire-influencia,seniors-desert-digital,2697.html).

Donc les papis, mamies sont des gens connectés, contrairement aux aprioris ils sont à l’origine de 48% des achats qui sont effectués en ligne. Ils sont en revanche moins sensibles aux applications et réseaux sociaux. La plupart des marques quand à elles ont mis de côté la cible sénior.

seniors-marketing-digital

Selon moi les boomers dit seniors ont un fort pouvoir d’achat et plus de temps à accorder aux flâneries. Les marques ont donc tout intérêt à développer une stratégie e-marketing pour capter cette cible que ce soit via les sites internet classiques, les pur players, ou bien par le cross canal, le click and collect.

D’ici cinquante ans le segment de marché des séniors sera largement exploité, les entreprises qui sortiront leur épingle du jeu seront celles qui dès aujourd’hui créent le digital senior.

Voyez par vous-même, Mémé Lulu n’est pas si ringarde que ça : https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=sXFkxzPk3h8

Alice Macabies

Lego une entreprise devenue phygital !

Lego est une entreprise danoise spécialisée dans la fabrication de jouets en plastiques. Elle était uniquement physique jusqu’à il y a encore 6 ans. Mais pour que le géant du jouet puisse rester leader il lui fallait démocratiser son social média et sa communication digitale.

A partir de 2010 les premiers pas digitaux de lego ont consisté à créer un site web (toujours absent des réseaux sociaux. C’est par le biais de Lars Silberbauer aujourd’hui directeur des activités sociales médias de lego que l’entreprise a créer une page face book, Twitter et une chaine You tube.

Lego-2-Facebook

Aujourd’hui le compte officiel Facebook de lego compte près de  10,4 millions de fans à travers le monde. Sur Twitter aussi ils partaient de rien et compte désormais 236 000 folowers qui suivent l’actualité et les temps forts de la marque.

Après avoir mis en place les rudiments des médias sociaux pour toujours rester proche de ses jeunes consommateurs, Lego a décidé de devenir phygital début de l’année 2013  c’est-à-dire  le phénomène par lequel les points de ventes physiques intègrent les techniques et ressources digitales pour assurer le développement de leur activité.

Lego a mis en place dans ses magasins physiques la « lego digital box ». Elle permet aux consommateurs de pointer sur la box digitale la boite de lego qu’ils ont choisi et de découvrir les possibilités de création grâce à une caméra. La réalité augmentée permet aux consommateurs de se projeter dans l’imaginaire de la marque d’après un point de vente bien réel.

digital-box-lego

Lego poursuit sa digitalisation grâce à la sortie en 2014 du film d’aventure Lego relayé par les réseaux sociaux, les sites web.

Après avoir sorti Nexo Knights, cinq chevaliers futuristes en plastiques, Lego a permit aux enfants de prolonger l’expérience sur internet grâce au téléchargement d’application qui sont totalement gratuites. Les enfants scannent les boucliers dans le monde « réel » que ce soit grâce à la télé, les affiches publicitaires et les boites de jeux en magasin pour pouvoir « décupler » les pouvoirs de leur chevalier dans le monde digital afin de pouvoir combattre des « grands méchants ». Ce jeu est aussi accompagné d’une série Tv et web.  «L’idée est d’aller chercher les enfants qui passent du temps sur les jeux vidéo et les écrans et de les ramener aux jouets physiques», explique Stéphane Knapp, directeur marketing de Lego France.

On peut dire que grâce à cette belle stratégie de digitalisation Lego a réussi son pari de rester leader du marché européen du jouet en terme de chiffre d’affaires.

Cependant un énorme potentiel reste exploitable puisque seulement un quart des enfants jouent avec les figurines en plastique, Lego peut donc espérer grâce au digital de convertir encore plus d’enfants au phénomène LEGO !

Yohann Grégoire-Izard

Quelle peut être l’importance du digital dans la restauration ?

Que ce soit dans l’agroalimentaire, le prêt-à-porter ou encore la restauration, tous ont aujourd’hui un défi : la digitalisation.restaurant-sm

Normalement un restaurant qui est par définition un endroit physique où les gens se retrouvent ne se prédestine pas à être digitalisé. C’est un endroit ou la relation entre personnes physique est privilégiée. Toutefois les restaurateurs ont pu faire un constat qui est le besoin du digital pour fidéliser ses clients et attirer de nouveaux consommateurs car l’intensité concurrentielle du marché est extrêmement forte.

La digitalisation se manifeste par la création d’un site internet pour le restaurant (soit vitrine soit avec de légères interactions donnant la possibilité aux consommateurs de réserver ou d’être redirigé vers les réseaux sociaux.  L’avantage pour les restaurateurs des réseaux sociaux : c’est gratuit et permet de rester en contact direct avec les clients fidèles et les clients potentiels. Cela permettra aux professionnels de véhiculer les valeurs du restaurant, de mettre en avant les produits servis, le personnel, les événements liés au restaurant.

Le digital peut autant être un avantage qu’un inconvénient pour les restaurants surtout depuis l’émergence des blogs d’influenceurs reconnus dans le milieu de la restauration

tel que Trip Advisor, ou encore Fooding, My little Paris. Qui peuvent donc faire et défaire une réputation (notoriété).

Les nouveaux concepts tels que Foodora ou Allo Resto (livraison d’un plat de restaurant à domicile) permettent aux restaurateurs d’augmenter leurs zones de chalandise et de recueillir des avis clients.

D’autres sites internet qui n’ont pas un rapport direct avec les restaurateurs tel que des annuaires de restaurants La fourchette.com permet tout de même à ceux-ci de se rendre encore plus visible à une plus large cible. Ce genre de sites permet aux restaurateurs d’analyser les avis clients, afin de pouvoir s’améliorer ou de connaitre leur force majeur à pérenniser

Mais la plus grosse révolution de la restauration sur le plan digital c’est d’avoir invité le digital à table !

maxatable

 

Par exemple, « la chaîne de restaurant  A table Max où  Les clients pourront, depuis leur table : consulter le menu, choisir les ingrédients de leur burger, passer la commande et même payer. Pour s’occuper en attendant ses plats, il sera également possible de jouer sur la table. Des jeux qui permettront de gagner des bons de réductions, boissons, etc. Pour les petits curieux, une webcam permettra de voir les cuisiniers à l’oeuvre en cuisine !  » (http://lesgourmands2-0.com/2014/04/max-a-table-le-fast-food-connecte/) Le digital pourquoi pas afin d’aider les restaurateurs à capter une plus large cible et à promouvoir son établissement mais est-il vraiment nécessaire de rendre un repas social et convivial en concept plus individualiste qui peut empêcher la communication entre les personnes du même table ?

 

Yohann Grégoire Izard

 

Les boutiques connectées : le digital va-t-il tuer le retail ?

De nos jours près de 64% des consommateurs souhaiteraient avoir plus de digital dans les magasins.

http://www.e-marketing.fr/Thematique/Medias-1006/Diaporamas/affichage-digital-campagnes-innovantes-301398/vous-invite-regarder-etoiles-301399.htm

Après une navigation sur le net autour de l’actualité digitale, une tendance m’a interpellé : les innovations faites dans les points de ventes physiques autour du digital.

Environs cinq concepts digitaux me semblent intéressant :

Tout d’abord les bornes et tables tactiles dans le point de vente physique. Elles permettent d’animer le point de vente car elles attirent l’attention  du client. Permettent de développer l’interaction entre le magasin et les consommateurs. Mais aussi elles permettent d’aider le client à choisir un produit soit en lui fournissant des informations supplémentaires sur le produit, soit en lui proposant d’autres produits de la même gamme du magasin que celui-ci n’a peut être pas remarqué à l’instar de Darty. La grande nouveauté c’est aussi la possibilité de personnaliser un vêtement en rentrant ses mensurations et en choisissant les matières pour un costume homme par exemple.1655937-des-terminaux-connectes-pour-accroitre-l-offre-et-accompagner-l-achat

Dans un deuxième temps les étiquettes intelligentes dites NFC et les caisses enregistreuses intelligentes ; « Le NFC permet donc d’établir une communication entre 2 appareils compatibles à courte distance (10 cm maximum). Elle utilise pour cela une technique à base d’ondes courtes. » (http://www.fnac.com/Le-NFC-c-est-quoi/cp19501/w-4). A quoi servent-elles ? Cela permet un gain de temps pour le consommateur moins de temps en caisse, dés l’approche d’un produit pour le mettre dans notre panier et sécurisant pour prévenir des allergènes mais aussi un gain de temps et d’argent pour le distributeur qui aura son stock en temps réel et pourra faire des commandes plus précises. Casino fut le précurseur des étiquettes intelligentes.

Une autre innovation intéressante les cintres connectés, l’enseigne C&A dans un point de vente au Brésil a testé sur son lieu de vente un cintre connecté à Facebook. Quel est l’interêt ? permettre d’afficher la popularité d’un article par rapport à un autre. Mais reste encore au stade expérimental. Le cintre connecté peut aussi donner des indications aux consommateurs en affichant la disponibilité du produit (nombre de pièces restantes).

CA.jpg

Les cabines d’essayages virtuelles sont également une invention ludique qui fait se croiser le digital et le physique dans un point de vente. Les consommatrices (et je pense me mettre dans le lot), trouvent cette innovation pertinente car le miroir en plus d’essayer sans se déshabiller, donc gain de temps, nous affiche toutes les informations liées au produit (prix, taille, disponibilité, promotion éventuelle…).

realite-augmentee

Pour terminer l’une des innovations qui selon moi est majeure c’est la vitrine interactive du magasin.  Comment ça me direz vous ?

Et bien imaginez une vitrine de magasin entièrement connectée dont les images se callent sur votre démarche et les mouvements des personnes s’approchant de la vitrine. Cela permet d’accompagner de manière ludique le consommateur à entrer dans le magasin. Pull&Bear une marque espagnole a testé se concept et cela a bien « matché ».

1656136-le-retail-tainment-des-dispositifs-ludiques-mais-utiles

Ces innovations sont encore pour la plupart au stade expérimental mais sont l’avenir des points ventes physiques. Pourquoi ? Selon moi peu importe son secteur de marché le but d’une entreprise est de s’adapter à son environnement et au 21 ème siècle le digital fait partie intégrante de notre société de consommation il est donc nécessaire de s’adapter et surtout de se démarquer au maximum des ses concurrents car en général les points de ventes physiques ont une très forte intensité concurrentielle. Il ne faut donc pas penser que le digital va tuer le Retail mais plutôt l’aidera à rester en vie en l’aidant à personnaliser de plus en plus ses offres !

Alice Macabies

Facebook : Avoir plusieurs choix de « Like » est-ce vraiment bien ?

buzz-photo-56cdccd7590c6

En tant qu’adolescents ou bien même de jeunes adultes, l’une des grandes frustrations rencontrée sur le géant des réseaux sociaux était jusqu’à récemment le fait que nous ne pouvions pas dire que « l’on aimait pas » une publication. Qu’à cela ne tienne !!! Facebook, après avoir réfléchi de nombreux mois sur « mais quelles émotions allons nous donner la possibilité d’utiliser ?? », a enfin lancé sa dernière innovation digitale : on peut désormais exprimer plus explicitement notre ressenti face à une vidéo, un article, une photo, un simple commentaire sur notre mur.

En effet, tout le monde connaît le fameux « pouce » de Facebook, pour montrer notre accord ou notre intérêt pour un post, mais cela pouvait parfois être gênant lorsque la publication n’était pas vouée à recevoir un « j’aime ». Allez mettre un pouce lorsque vous lisez un article concernant un nouveau virus découvert en Afrique ou lorsque vous apprenez la disparition d’un des proches de votre ami … galère !!

Maintenant, exprimez clairement ce que vous inspire ce que vous voyez sur votre fil d’actualité : vous aimez ? Pas de soucis il y a toujours le pouce ; vous êtes choqué ? Optez pour le Wow ; vous trouvez ca marrant ? Assumez le et mettez le bonhomme qui est mort de rire …

Les réactions des internautes diffèrent les unes des autres. Il y a les comblés, qui attendaient cette révolution numérique  depuis des lustres, et il y a les « pas contents » qui trouvent ça inutile au possible et … compliqué (why not après tout …)

Mais cette nouveauté est-elle uniquement faite pour le bonheur des utilisateurs ou il y a-t-il un avantage quelconque pour les entreprises présentent sur le réseau social ?

Et oui … voyons les choses autrement ! Avant, vous ne pouviez pas dire si vous aimiez la publication au sens propre du terme, simplement qu’elle avait suscité chez vous un intérêt plus ou moins développé. Toutefois, malgré le manque d’informations sur votre sentiment exact, les sociétés pouvaient s’en servir pour voir vos centres d’intérêts, ce qui vous touche, ce qui vous marque.

Maintenant, grâce aux nouveaux emojis Facebookiens, vos pensées n’auront plus aucun secret pour les compagnies ! « Les réactions impacteront potentiellement la visibilité des pages et des posts dans un second temps » ! Conclusion ? Vos réactions impacteront un peu plus ce que les entreprises pourront désormais vous montrer en premier sur votre mur…

Les Community Managers vont dorénavant devoir travailler deux fois plus afin de savoir si leur statistiques sont correctes ou pas !

 

10400830_1006806832698824_7333592652679463373_n

Pour être tout à fait honnête j’utilise moi même ces nouveaux personnages. Mais je dois reconnaitre que je ne mets pas forcément ce que je « ressens » véritablement face à un post, pour le moment je teste, bien que le « pouce » reste mon click préféré car il est tout de même plus neutre et tout le monde n’a pas besoin de savoir ce qui me touche vraiment … À voir sur le moyen terme si j’accepte ce changement à mon tour !

Hanaë Houdré